Acheter un terrain : les précautions à prendre

En lotissement ou en isolé, l’acquisition d’un terrain ne se fait pas à la légère. Grâce à la société Acanthe Terrains, voici un petit rappel des précautions à prendre avant de s’engager.

En optant pour la formule du lotissement où le terrain est déjà aménagé, vous aurez des garanties en matière de viabilisation (raccordement au réseau d’eau, d’électricité…) et de constructibilité. Examinez le plan de composition du lotissement dans lequel figure tous les aménagements prévus ainsi que les dispositions des maisons. Demandez à consulter le règlement du lotissement, mais aussi le cahier des charges qui impose certaines obligations de vie collective, comme l’entretien des espaces verts, par exemple.

Assurez-vous que votre projet est bien compatible avec les dispositions prévues. Le règlement du lotissement impose des règles d’urbanisme, notamment sur le plan architectural, que doivent respecter les futures construction (emploi d’un certain type de matériaux, choix des couleurs, surface et largeur des façades). Si le choix du lotissement procure une certaine tranquillité quant aux aspects techniques et réglementaires du terrain, vous n’avez pas, en revanche, une totale liberté d’action.

Le terrain isolé ou diffus

En vous fixant sur un terrain isolé, vous avez certes carte blanche pour sélectionner l’emplacement désiré, mais l’entreprise est plus risquée. Elle présente moins de garantie sur la nature du sol et la dimension de la parcelle. Aussi, avant de vous lancer dans votre projet d’achat de terrain dans le 49 et de future réalisation de votre construction, ne négligez pas les démarches préalables.

Vérifiez que le terrain a vendre 27, par exemple, ou dans le 35, est bien constructible en consultant en mairie le PLU (plan local d’urbanisme) ou le POS (plan d’occupation des sols), s’il est toujours en vigueur. Demandez auprès de la mairie un certificat d’urbanisme qui indique les dispositions d’urbanisme (normes architecturales à respecter) s’appliquant aux terrains et les limitations administratives au droit de propriété (servitude d’utilité publique ou privée).

Ce document mentionne également si le bien est concerné par le droit de préemption. Soyez attentif au raccordement à effectuer : électricité, eau, gaz, téléphone, tout-à-l’égout. Faites chiffrer leurs coûts si ces différents réseaux n’existent pas encore. Renseignez-vous aussi auprès de la mairie ou des voisins pour connaître la nature du sol. Si les indications vous paraissent insuffisantes, faites effectuer une étude spécifique par un expert. Cela pourra vous éviter de mauvaises surprises au moment de la construction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *